Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 14:04

 

 

Tout le monde peut incarner la figure du bon propriétaire, il suffit de respecter quelques règles élémentaires.

 

Voici donc les dix règles d’or pour devenir l'humain adulé de tous les chats :

 

1. Caresses imposées et caresses tolérées.

Un bon propriétaire se doit de ne pas être intrusif vis-à-vis de son chat. Il ne doit pas penser que, sous prétexte qu’il vient s’installer près de lui (voire sur lui), il a forcément envie d’être caressé. Un chat n’est pas une peluche, il a le droit d’être tranquille et de profiter de notre chaleur corporelle sans être systématiquement tripoté ! S’il est trop stimulé, on peut le rendre hyperactif, surtout s’il s’agit d’un chaton.

 

2. La litière.

Il évitera celles à base de parfum de synthèse et installera le bac à litière dans une pièce qui ne soit ni trop isolée ni trop de passage. Le bac à couvercle peut ne pas être apprécié chez certains chats : il les empêche de surveiller les alentours alors qu’ils sont vulnérables. De plus, comme il retient les effluves à l’intérieur (c’est tout l’intérêt pour le propriétaire), les chats doivent le plus souvent affronter l’odeur qui y est concentrée. Son nettoyage doit donc être fréquent mais pas abusif.

 

3. Les engagements financiers.

Malgré tout l’amour qu’il porte à son animal, le bon propriétaire doit avoir à l’esprit qu’un chat demande des dépenses financières avec notamment les visites de routine chez le vétérinaire (vaccin, tatouage/puce, vermifuge…) et lorsqu’il est malade ou blessé, les gardes (pendant les vacances ou les week-end), la nourriture, les accessoires nécessaires pour son confort (jouets, friandises, griffoirs…), et pour voyager en toute sécurité (cage de transport, collier, médaille, filet de sécurité, harnais de sécurité…), etc.

 

4. La stérilisation.

Faire stériliser son chat est devenu une nécessité. Tout d’abord pour le chat, afin d’éviter son départ en quête d’une femelle (qui peut ne pas être suivi de son retour), et aussi pour la chatte, afin d’éviter tout risque de portée qui, à moins que les bébés soient tous gardés et stérilisés ( ! ), ne contribuerait qu’à surcharger les refuges déjà remplis et à faire des malheureux.

 

Sans titre 

 

5. Comprendre son chat.

Pour bien se faire comprendre de lui, le bon propriétaire se souciera de bien le connaître et de bien le comprendre. Il ne tombera pas dans le piège de l'anthropomorphisme* et ne suivra pas les idées reçues encore -hélas !- répandues. Il tiendra également compte des signaux de communication de son animal : ronronnement, léchage, bâillement, posture et battement de la queue, etc.

 

6. Bannir solitude et isolement.

L’inactivité étant la cause principale dans l’apparition de comportements gênants, le bon propriétaire ne laissera pas son chat seul durant des heures. S’il y est contraint, il lui offrira des stimulations riches et variées. Il empêchera ainsi son animal de compenser lui-même ce vide par des comportements (humainement !) inappropriés. Il jouera également avec lui tous les jours en ayant recours à des activités adaptées.

 

7. Les jeux.

C’est l’activité principale et essentielle du jeune chat. Son propriétaire devra l’encourager à jouer avec des objets, plutôt qu’avec ses bras ou ses jambes, veiller à ne pas l’amener jusqu’à une intense excitation et à lui apprendre les autocontrôles qu’il n’a pas eu le temps d’acquérir au sein de sa fratrie s’il a été adopté jeune. Pour qu’il devienne un chat bien dans ses coussinets, son humain devra lui proposer diverses activités quotidiennes.

 

8. Enrichir son environnement.

Un chat vit dans les trois dimensions de l’espace, le bon propriétaire lui donnera donc la possibilité d’escalader, de se percher, mais également de se cacher. Il existe une multitude d’arbres à chat qui répond à ces besoins. Niches, coussins, tunnels, hamacs, griffoirs, cordes, bouchons, ficelles, balles, boules de papier aluminium, plateformes... S’il ne veut pas voir apparaître des comportements indésirables, le propriétaire se devra d’offrir à son animal différents moyens pour se dépenser.

 

Sans-titre2.JPG

 

9. La surpopulation.

A partir d’un certain nombre d’individus, le chat ne supporte plus de vivre avec ses congénères. Même s’il est animé d’une bonne volonté et d’un amour démesuré, le propriétaire devra en priorité penser au bien-être de ses petits colocataires. Dans cette situation, le chat peut s’isoler, devenir agressif, apathique (ce qu’on peut appeler un état dépressif) ou encore décider de quitter le domicile vers un lieu paisible où il ne sera pas question de cohabitation forcée avec d’autres individus.

 

10. Ne pas réprimer ses comportements par de la brutalité.

Enseigner le langage de la violence n’est pas le but recherché, cette méthode marquerait le début d’une dégradation de la relation, surtout chez le chaton qui est émotionnellement très fragile. Jamais le bon propriétaire n’usera de brutalité sur son chat : vécues comme de véritables agressions, pichenettes, tapes et fessées sont des procédés d’éducation d’un autre âge qui engendrent de multiples problèmes (agressivité, malpropreté…).

 

En conclusion, un bon propriétaire doit pouvoir offrir à son chat ce dont il a besoin : du confort, de la nourriture, des contacts, des jeux… Il doit aussi faire preuve de patience, de tolérance et (bien sûr !) d’amour.

 

 

 

Victoria Chasle Castillo

Comportementaliste

www.1001comportements.com

 

* anthropomorphisme : (ici) tendance à attribuer aux animaux des sentiments humains.

Partager cet article

Repost 0
Published by Victoria Chasle Castillo - dans Tout sur les chats
commenter cet article

commentaires

Melly 02/12/2010 11:27


J'aimerais savoir quoi faire quand mon chaton d'à peine 3mois s'enroule autour de ma main et la mord, le prendre par la peau du coup et le mettre plus loin ne suffit pas, il revient toujours à
l'attaque est de plus en plus fort... Ou même le matin (pour me réveiller??) il mord tout ce qui dépasse, il m'attaque même au visage, me mord le nez le menton... Impossible de le calmer même en le
repoussant plus ou moins gentiment. Sinon la journée il est trés calin, me suit partout, il joue énormément (il a tout les jouets qu'il faut), et quand je suis la il ne dort que sur moi. J'ai peur
qu'un jour en le repoussant trop brutalement, il est peur de moi :s


Victoria Chasle Castillo 10/12/2010 14:32



Bonjour,


Je vous conseille tout d'abord de ne pas lui laisser vos mains, de ne pas jouer avec. Ensuite, plutôt que de le repousser, faites en sorte de rompre le contact avec lui en vous retournant ou en
changeant de pièce. Vous lui ferez ainsi comprendre que son comportement n'est jamais suivi de contact (ce qu'il recherche). Ignorez les mauvais comportements et récompensez les bons. L'ignorance
est la pire des punitions et qui dit réprimandes, repousser, dit porter attention.


Je reste à votre disposition en cas de besoin.


Cordialement,


Victoria Chasle Castillo



Frimousse 14/04/2010 18:44


1001 ?
Un seul : savoir obéir à son chat (sans perdre la face).
Point final


C'est Quoi Ce Blog ?

  • : 1001 Comportements - Victoria Chasle Castillo
  • 1001 Comportements - Victoria Chasle Castillo
  • : Bonjour et bienvenue ! Vous ne comprenez plus votre compagnon à quatre pattes ? Son comportement vous dépasse ? Vous êtes au bon endroit, détendez-vous ! De nombreux articles sont susceptibles de vous aider et, si ce n'est pas le cas, je réponds aux mails. Excellente visite et à bientôt !
  • Contact

Où Puis-Je Trouver...